Logo LFD Criminalistique
bannier lfd criminalistique

Experts en documents.


Détection de faux documents.

Authentification de documents et détection de faux.


L'expert en documents, en tant qu'analyste spécialisé dans l'authentification de documents et l'identification de faux et usage de faux documents, à l'aide de procédés  nettement scientifiques,  fait en sorte de déterminer  l'authenticité et la légitimité de tout document analysé, dans le cadre de la lutte contre la fraude documentaire et l'arnaque aux faux documents.


Plusieurs techniques de laboratoires sont exploitables, permettant une analyse approndie au niveau optique, mais aussi physique ou chimique des encres, des supports, ainsi que de tout élément présente sur le document incriminé.

Analyse hyperspectrale de documents, encres et supports

Faux et usage de faux documents.


Au service des entreprises et des particuliers, mais aussi des avocats, des notaires, des assurances et mutuelles ou des banques, nos experts en faux documents vous fourniront tous les éléments nécessaires pour authentifier ou prouver la falsification ou contrefaçon de documents, ainsi que les éléments de preuve nécessaires pour mettre en évidence la fraude,  l'escroquerie, le vol et l'usurpation d'identité.


Lorsqu'il est nécessaire de faire authentifier un document, de prouver une altération, une falsification ou même une contrefaçon documentaire, nous vous proposons nos analyses nettement scientifiques et non destructives, en toute  confidentialité.                    

Pendant l'examen d'un document, celui-ci peut s'avérer authentique ou faux.


Une falsification peut être réalisée par photocomposition, par collage manuel ou numérique, en scannant une signature ou mention manuscrite, dans le but de réaliser un faux document partiellement modifié.


Mais ont peut aussi modifier un document par ajout d'éléments, par gommage de dates, de chiffres, ou modification des éléments présents sur le document légitime d'origine, au niveau des impressions, des mentions manuscrites, des signatures, des tampons, etc.


Le document peut faire partie ausssi d'une contrefaçon intégrale, ne comportant aucun élément légitime. 

Expertise de tampons encreur
analyse spectrale de de faux documents
détection de faux documents - blanc-seing

Comment prouver un faux document ?


Chaque document peut comporter une manipulation différente, et chaque mission nécessite d’un protocole technique ciblé, en fonction du type de falsification ou de contrefaçon présente sur le document examiné.


Ainsi, les manipulations physiques seront normalement repérées au stéréomicroscope, à l’aide de lumière froide ou chaude, en variant l’angle d’incidence sur le support à étudier (éclairage épiscopique, diascopique et rasant).

À titre d’exemple, une correction physique à l’aide d’un stylo ou ruban correcteur sera très visible par transparence. Une altération du support suite à une manipulation chimique quelconque sera repérable grâce à l’analyse sous rayonnement ultraviolet. La présence de plusieurs types d’encre fera partie d’une analyse par luminescence chromatique, par luminescence ultraviolette et infrarouge, ainsi que l’étude des croissements de traits graphique.


Une technique très utilisé par l’expert en faux documents, la microscopie infrarouge, permet aux analystes d’étudier les traces physiques latentes sous l'encrage de l'écriture, laissés par l'intrument scripturant.

LFD-3000  VCS

Un faux très répandu de nos jours, le faux numérique ou photocomposition par copier-coller, est souvent le plus simple à identifier par les experts en faux documents, car il suffit d’un examen au stéréomicroscope pour identifier les traces d’impression, nettement différentes  d’un trait graphique exécuté à l’aide d’un stylographe à bille, roller ball, marqueur, stylo plume ou crayon à papier.  En effet, dans les systèmes d’impression actuels, les particules d’encre sont projetées perpendiculairement au support, tandis que les instrument d’écriture manuelle travaillent plutôt comme un pinceau sur une toile, étant d’ailleurs très différent l’aspect physique des encres au microscope.


Par ailleurs, un faux par photocomposition numérique d’écrits ou de signatures manquera toujours de l’interaction physique entre de la pointe du stylo et le support-papier. Une impression n'a pas de pression, restant le support inchangé après passage de la tête d’impression.


En revanche, toute trace manuscrite laisse une trace physique sur le support, par-dessous de l’encre, sous forme de sillon identifiable au niveau d’infrarouges, même à la lumière rasante appliquée au dos du document, si l’appui est suffisant. 

Faire expertiser un document douteux ou suspect:


Parmi les missions d'expertise en documents habituellement sollicitées par nos clients, on peut évoquer:


- Examen  et identification  de fraudes documentaires, de manipulations, de gommages,  de grattements, de lavages chimiques, de rajouts, de corrections invisibles à l'œil nu...


- Authentification de documents sécurisés: billets de banque, chèques bancaires, certains documents  administratifs comme les cartes grises, les actes notariés, les timbres socio-fiscaux et postaux, etc.


- Faux  lié à une usurpation et vol d'identité.

- Faux dans le milieu de marques déposées et brevets.

- Expertise de documents originaux, de photocopiés, ainsi que numérisés.

- Authentification de documents officiels et privés.

- Expertise de documents manuscrits et dactylographiés.

- Identification de photocompositions d'écrits, de signatures et de cachets.

- Falsification de documents bancaires et notariés.


- Identification de fausses pièces d'identité et faux passeports européens, de faux chèques bancaires, de fausses cartes bancaires, de faux  billets de banque, reconnaissance de dette falsifiées,  actes de caution douteuses,   etc.


- Identification de systèmes d'impression, appareils fax et photocopieuses, à partir du document suspect.


- Reconstruction des documents triturés, endommagés, brûlés, mouillés...

 

07
08
09
10
11
13
12
Analyse multispectrale de documents

À l'aide de différentes techniques de laboratoire, il est possible de déterminer l'ordre chronologique de fabrication d'un document.


Établir si le texte imprimé, le tampon, la date, la signature ou une agrafe ont été réalisés dans l'ordre habituel, ou si la signature était déjà présente sur le support avant d'imprimer le document permettent de mettre en évidence un abus de blanc-seing ou une contrefaçon documentaire.

Ces techniques s'en chargent de l'analyse de superposition de traits de stylo, de crayon ou de feutre, mais aussi du croisement de ceux-ci avec un texte imprimé, un tampon ou tout autre élément physique ou chimique existant sur le document examiné, dans le but d'en déterminer l'ordre chronologique de superposition, l'ordre dans lequel ces éléments graphiques ont été effectués.

Superposition de traits et texte imprimé.
Coordonnées LFD CRIMINALISTIQUE.FR
Facebook icon
Twitter icon
Linkedin icon

This website uses cookies. By continuing to use this site, you accept our use of cookies.

Accepter